French Arabic English
  • slider3
  • slider0
  • slider14
  • slider13
  • slider9
  • slider11
  • slider8
  • slider4
  • slider1
  • slider5
  • slider10
  • slider1
  • slider2
  • slider8
  • slider7
  • slider1
  • slider6

Présentation

Dans les terroirs sahéliens à vocation principale agro-sylvo-pastorale, le développement socio-économique, la sécurité alimentaire et les besoins domestiques sont fortement tributaires de la disponibilité des ressources naturelles, notamment les terres arables, ressources hydrauliques, forestières et pastorales et de leurs modes de gestion et de gouvernance. Les zones arides et semi-arides du Sahel représentent un ensemble de patrimoines culturels et biologiques remarquables qu’il convient de conserver, restaurer et valoriser. Cependant, les effets de la désertification, la variabilité climatique et la pression anthropique en cours dans le Sahel durant des décennies ont fortement dégradé, voire détruit cet important patrimoine naturel, affectant le cadre de vie des populations et les capacités d’émergence socio-économique des Communautés locales du fait de la dégradation des bases et systèmes de production, la baisse de la productivité agricole, la chute des chaines des valeurs et la perte de revenus pour les populations.

La vulnérabilité, face à la désertification, la dégradation des terres et au changement climatique constitue pour des pays du Sahel et en particulier ceux au Sud du Sahara à faible économie fortement exposés, l’une des plus importantes menaces de ce 21ème siècle. Ces pays ont le dos au mur et doivent impérativement pour la survie de leur économie et la cohésion sociale mettre en œuvre une réponse efficiente de lutte et de gestion de ces défis. L’Initiative Africaine de la Grande Muraille Verte (IAGMV) de Dakar à Djibouti décidée en 2005 par les Chefs d’Etat et de Gouvernement des Etats au Sud du Sahara et endossée en 2007 par l’Union Africaine, constitue la solution et le modèle efficients de ces Etats face à l’enjeu environnemental et climatique. L’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte en abrégé APGMV, organisation intergouvernementale à statut juridique international est créée à cet effet par les Chefs d’État et de Gouvernement des États membres, Burkina Faso, Djibouti, Erythrée, Ethiopie, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal, Soudan, Tchad sous l’égide de l’Union Africaine par Convention internationale signée à N’Djamena (Tchad), le 17 juin 2010 et déjà ratifiée par dix (10) des onze (11) Etats membres et enregistrée aux Nations Unies le 29 mai 2015 .

La Stratégie Globale Harmonisée (SGH) de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte est à cycle quinquennal. L’approche opérationnelle est holistique, écosystémique et multisectorielle, de développement intégré, prenant en compte les interactions triptyques ECD Environnement/ Climat / Développement. Elle intègre ainsi les objectifs des trois (03) Conventions des Nations Unies sur la Désertification, le Changement climatique et la Diversité Biologique. Elle s’appuie sur quatre (4) paradigmes fondamentaux CPRV « Conservation / Protection / Restauration / Valorisation du potentiel local par des Activités Phares de Gestion Durable des Terres, de Restauration, d’Optimisation et de Valorisation du Capital Naturel (ROVCN) par des pratiques sobres en Carbone.

L’Objectif global est d’une part, de lutter contre l’avancée du désert par les pratiques éprouvées de gestion durable des terres et de renforcement et de protections des ressources naturelles et des systèmes de production et de transformation, d’assurer le développement socio-économique des Communautés locales par des plateformes polyvalentes d’Activités Génératrices de Richesses (AGR), de renforcement de l’accès aux services sociaux de base et de gestion de la transition vers l’Economie verte et d’éradiquer la pauvreté et l’insécurité alimentaire et de renforcer les capacités d’Adaptation et de Résilience d’autre part.

La Vision globale de la Grande Muraille Verte à l’horizon 2025 est la transformation des zones arides du Sahel en Pôles Ruraux Economiques et de Développement Durable (PREDD) parfaitement intégrés au tissu économique national. Le Plan d’Actions Quinquennal 2016-2020 comporte un ensemble de Programmes Prioritaires d’Actions Phares repartis dans les cinq (05) Portefeuilles ci-après :

-     Portefeuille 1 : Gestion Durable des Terres et Économie Verte (GDTECOV) ;

-     Portefeuille 2 : Changement Climatique, Développement Socio-économique et Gouvernance dans

     les Terroirs (CCDSEDT) ;

-     Portefeuille 3 : Recherche d’Accompagnement et Développement (RAD);

-     Portefeuille 4 : Communication, Marketing et Plaidoyer (CMP) ;

-     Portefeuille 5 : Système d’Information, Observatoire, Alerte Précoce et Réponse (SIOBAP).

Copyright © 2016 Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte